Témoignages

DELAUNAY Bernard, Soutenance en 2013

En effet je ne suis absolument pas représentatif des étudiants du Master Histoire des techniques. J’ai pris ma retraite en 2005, comme ingénieur de la société THALES, spécialisée en électronique militaire ou de sdécurité. J’avais le ferme projet, bien avant ce départ, de reprendre des études d’histoire et ma rencontre avec Anne-Françoise Garçon en 3ème année de licence m’a amené à commencer un Master d’histoire des techniques. Le sujet s’est très vite construit, entre une interrogation personnelle sur l’origine des diverses normalistions et méthodologies du monde des techniques et le constat fait par Anne-Françoise Garçon de l’absence de dépouillement des archives de l’Académie Royale des sciences au XVIIIe siècle. J’ai donc soutenu un M1, puis un M2 sur la pensée technique qui se construit dans la première moitié du XVIIIe siècle en procédant à un déppouillement systématique de ces archives pour mettre en évidence la place de la technique dans cette Académie. A la suite de ce M2, j’ai poursuivi et étendu la recherche et la réflexion vers le doctorat soutenu en décembre 2013.

Il est bien évident que l’impact personnel est essentiellement le plaisir de la recherche, l’intérêt d’utiliser ma formation scientifique et technique pour comprendre la pensée technique qui se contruit en France, à l’aube des Lumières. Il y a égalemnt la satisfaction personnelle d’y être « arrivé ». Il ya peut être également un impact sur la construction des analyses de la pensée technique, des régimes de la pensée opératoire, telle qu’elle s’est opérée dans le cadre du séminaire pensée technique.

J’ai personnellement trouvé très enrichissant et intyellectuellement stimulant ce séminaire, avec sa confrontation entre divers aspect, y compris la tension entre histoire des techniques et patrimoine industriel.

 

Master Techniques, Patrimoines, Territoires de l'Industrie de l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, co-accrédité CNAM