Normes mémoire TPTI

MEM TPTI : le mémoire de fin d’étude

———–

LE MÉMOIRE VALIDE L’ACQUISITION DE COMPÉTENCES :

Comme dans tout master, la formation MEM TPTI consiste en l’acquisition de compétences. Et comme dans tout master professionnalisant, ces compétences sont de deux ordres :

– capacités à conduire une recherche-action dans le champ concerné : choix de sujet, détermination et dépouillements de sources ; choix bibliographique approprié ; positionnement historiographique critique ; définition et développement d’une problématique ; mise au point d’hypothèses pour vérifier cette problématique, et la corriger au besoin ; choix et analyse d’étude de cas pour vérifier cette problématique et la corriger au besoin ; synthèse critique finale dans les deux champs théoriques et pratiques. L’acquisition de ces compétences se fait dans le cadre du projet personnel, en lien avec les séminaires et modules de formation correspondant dans la totalité du parcours.

– capacité à concevoir et développer un projet collectif de recueil de données et de valorisation dans le champ concerné en mobilisant les outils numériques et classiques adéquats. L’acquisition de ces compétences se fait dans le cadre du projet tutoré, en lien avec les séminaires et modules de formation correspondants dans la totalité du parcours.
Le mémoire de fin d’études évalue la maturité du candidat et sa capacité à mobiliser les compétences acquises dans son parcours, de manière autonome et adéquate. Sa préparation débute au premier semestre de la première année de master. La soutenance, lors du dernier semestre de la seconde année du master clôt cette phase de la formation.

LE MÉMOIRE SE COMPOSE OBLIGATOIREMENT DE 4 PARTIES.

1/ la rédaction du projet personnel

Cette partie comporte entre 100 et 120 pages hors annexes. Elle peut s’organiser de la manière suivante :

• Introduction (4 à 5 pages) : définition et justification du sujet, définition des bornes chronologiques et géographiques, insistance sur l’intérêt scientifique du sujet, présentation de la problématique choisie à propos de ce sujet, et en réponse à cette problématique : annonce du plan.

• Chapitre I. Sources et bibliographie : les sources doivent être ordonnée selon les lieux d’archives et/ou selon les formes : sources manuscrites, sources imprimées, iconographie, collections d’objets et sources de terrains, enquête orale, webographie, en précisant à chaque fois : disponibilité, nature, côte, titre, date. La bibliographie doit être ordonnée par nature : ouvrages généraux, articles, iconographie, enquête orale, webographie, puis par ordre alphabétique.

• Chapitre II. Historiographie : le but de cette partie est de positionner le travail effectué dans la recherche plus globale qui a été faite à propos et autour du sujet dans la communauté scientifique européenne voire internationale du master. Le masterant doit montrer qu’il sait ce qui a été fait sur le thème, et où il se situe par rapport à cela, en développant une analyse critique des travaux antérieurs. La bibliographie doit être à jour, et doit comporter les ouvrages majeurs et les ouvrages récents. Les premiers sont souvent des points de départ ; les secondes indiquent les tendances en cours de la recherche.

• Chapitre III. Problématique. Le masterant, dans ce chapitre, doit développer la manière dont il a choisi personnellement d’aborder le sujet, en expliquer les raisons, préciser les hypothèses adoptées pour la vérifier, et justifier de la totalité de son travail de recherche théorique.

• Chapitre IV. Étude de cas. Dans ce chapitre, le masterant vérifie par la relation théorie/pratique la pertinence de sa problématique. Il doit expliciter son choix pour l’étude de cas, préciser ses méthodes de travail. Il doit ensuite la mener à bien en démontrant comment cette étude de cas, conforte ou infirme soit partiellement, soit totalement les hypothèses de départ, voire ce qu’en dit la littérature. C’est la vérification concrète de la pertinence de la problématique.

• Chapitre V. Synthèse, reprise et élargissement. Ce chapitre fait la synthèse des trois chapitres précédents en présentant la vérification des hypothèses, l’ajustement de la problématique, et comment la recherche débouche sur une nouvelle donne théorique et pratique.

• Conclusion générale (2 à 3 pages). Elle comporte deux phases : une reprise générale des conclusions partielles de chaque chapitre ; un élargissement vers de nouvelles propositions de recherche, théoriques et pratiques.

2/ la rédaction de la partie personnelle du projet collectif.

Cette partie comprend 30 à 50 pages rédigées, hors annexes. Elle s’organise obligatoirement ainsi :

• Introduction : reprendre les phases indiquées pour l’introduction du projet personnel.

• Chapitre 1. Présentation générale du projet, avec indication des sources, de la bibliographie, des méthodes utilisées et une présentation de l’organisation collective du travail et sa justification.

• Chapitre 2. Explication de la part faite individuellement dans le cadre du projet collectif : raison du choix, méthode, difficultés rencontrées.

• Chapitre 3. Exposer les résultats, la différence entre le projet initial et la réalisation, l’impact attendu.

• Conclusion : reprendre les phases indiquées pour la conclusion du projet personnel. L’élargissement peut comporter des propositions d’amélioration pour la tenue du projet collectif.

3/ Une introduction générale

Cette introduction doit comprendre de 7 à 10 pages. Elle est rédigée suivant le même modèle que les introductions précédentes. Son but : justifier de la cohérence générale du parcours et des projets réalisés dans le cadre du MEM TPTI, depuis l’arrivée en S1 au semestre final. Elle doit envisager tous les aspects : formation théorique, formation pratique, réalisation des divers projets, individuels et collectifs.

4/ Une conclusion générale

Cette conclusion doit comprendre de 5 à 7 pages. Elle s’organise sur le même modèle que les conclusions précédentes. Le but : faire la synthèse générale des travaux, projet personnel et projet collectif. Montrer en élargissement en quoi les compétences acquises déboucheront sur une carrière professionnelle.

RÈGLES DE PRÉSENTATION DU MÉMOIRE ET CHARTE GRAPHIQUES

1/ Langue de rédaction

Le mémoire sera rédigé intégralement, soit en français, soit en anglais. Dans tous les cas, chaque chapitre doit comporter un résumé de 2.000 signes dans la langue qui n’aura pas été la langue de rédaction.

2/ Charte graphique

– Police de caractère :
o Pour le texte : interligne 1.5, police « Times New Roman » ou Garamond, corps 12.
o Pour les notes : interligne 1, police « Times New Roman » ou Garamond, corps 10. Pagination obligatoire.

– Paragraphes :
o Pour créer les alinéas, ne pas mettre une tabulation, mais utiliser la boite de dialogue : « paragraphe » ;
o Le texte et les notes doivent être justifiés ;
o Retrait négatif de 0,5 pour la première ligne.

– Marges :
o Marge gauche : 2 cm + 1 cm pour la reliure
o Marge droite : 2 cm

– Notes :
o les notes sont à mettre en bas de page. Leur numérotation se fait par chapitre. Il n’y a pas de numérotation continue des notes sur la totalité du mémoire.

– Pagination :
o Obligatoire pour le mémoire et le volume d’annexes ;
o Elle doit être placée en pied de page, justifiée, droite.

– Mise en forme des parties et sous-parties :
o Dans chaque chapitre, parties et sous-parties, ne jamais aller au-delà de trois niveaux de titres ;
o Les parties doivent reproduire le modèle I. ; A/ ; 1).

– Citations :
o Les citations courtes sont introduites dans le texte. Pour les citations longues, en faire un paragraphe spécial, en retrait du texte vers la droite, avec police corps 11. Ne pas mettre en italique.
o La règle pour les citations en langue étrangère est la suivante : on place la traduction dans le texte et la phrase originale non traduite dans les notes, en indiquant bien sûr ses références.

– Iconographie : elle peut être insérée dans le texte, lorsque cela est indispensable pour la démonstration. Préférer un placement en volume d’annexes en cas d’iconographie abondante. Attention toutefois, il n’est pas question de constituer un album photo, c’est-à-dire une succession de documents non commentés et analysés. Ce qui compte, c‘est votre capacité à expliquer pourquoi il est là, comment vous l’analyser, ce qu’il signifie, en quoi il prouve votre propos. En histoire, les documents ne sont pas là pour illustrer, ils sont là pour prouver.

– Tableaux et graphiques :
o Un tableau est inutile s’il n’est pas accompagné d’un graphique.
o A l’inverse, un graphique ne peut être présenté sans être accompagné d’un tableau.
o Lorsque les tableaux sont importants, ils sont placés en annexes, avec renvoi précis dans le texte.
o Toute présentation de valeurs relatives (pourcentage) doit obligatoirement s’accompagner des valeurs absolues.

– Bibliographie : On la composera selon le modèle suivant :
JOINVILLE, Jean de, Vie de saint Louis, éd. critique par Jacques Monfrin, Paris, Librairie générale française, 2002.
BALAVOINE, Claudie, « À la suite des Basia de Joannes Secundus : questions sur l’imitation », in Acta conventus neo-latini turonensis, Troisième congrès international d’études néo latines, Tours, Université François Rabelais, 6-10 septembre 1976, édit. J.-Cl. Margolin, Paris, Vrin, 1980, t. 2, voir p. 1077-1079.
BALSAMO, Jean, « Les poètes français et les Anthologies lyriques italiennes », Italique. Poésie italienne de la Renaissance [Genève], n° 5, 2002, p. 9-32.
BANACHEVITCH, Nicolas, Jean Bastier de La Péruse (1529-1554), étude biographique et littéraire (thèse), Paris, PUF, 1923.

– Page de couverture et 4ème de couverture : suivre impérativement les modèles fournis en annexes 1 et 2. La 4ème de couverture comporte obligatoirement un résumé en français et un résumé en anglais (1500 signes chacun).

– Impression des tirages papiers :
o Le mémoire doit être imprimé en recto uniquement
o Chaque chapitre commencera sur la page de droite.
o La reliure doit être collée (les reliures en spirale sont interdites).

3/ Apparat critique et volume d’annexes

– La présentation de l’apparat critique se fait ainsi :
o En tête de volume : 1) frontispice ; 2) remerciements ; 3) abréviations ; 4) table des matières ;
o En fin de volume : table des illustrations ; table des tableaux et graphiques ; index des noms propres ;

– Volume d’annexe :
o Les annexes comportent : les tableaux, l’iconographie, les transcriptions intégrales des enquêtes orales ; et tous les documents, nécessaires à la compréhension de l’environnement ou des sources de l’œuvre.
o Il est cependant inutile en annexe de fournir des photocopies de documents d’archives, sauf caractère exceptionnel et avec justification
o Tout document placé en annexe doit être spécifiquement commenté et explicitement référé au texte et vice-versa.

REMISE DU MÉMOIRE ET DE SOUTENANCE
Le mémoire doit être présenté au secrétariat de l’université d’affectation en version électronique (5 exemplaires CDrom minimum) et sur tirage papier (3 exemplaires minimum).
L’étudiant rend compte de son travail lors d’une soutenance devant un jury. Celui-ci est organisé selon les normes légales en vigueur dans l’université de soutenance. Chaque jury comprend obligatoirement un rapporteur extérieur membre de l’une des universités du parcours. La soutenance est organisée simultanément en présentiel et par webconférence.

Annexe 1 : Modèle de présentation couverture Mémoire MEM TPTI
Logo TPTI Logo EACEA
Logo Padoue Logo Paris 1 Logo Evora

NOM DE L’UNIVERSITE

Nom de l’UFR / Département

Master Erasmus Mundus TPTI
Techniques, Patrimoine, Territoires de l’industrie :
Histoire, Valorisation, Didactique

Mémoire de Master

Titre du mémoire en français

Titre du mémoire en anglais

Nom de l’étudiant

Sous la direction de
Nom du directeur de mémoire

Année académique

Annexe 2 : Modèle de présentation quatrième de couverture Mémoire MEM TPTI
Résumé

Title

Abstract

Spécialité (Histoire des techniques, Patrimoine industriel, Paysages culturels, Patrimoine immatériel, etc.) et nom de l’Université de soutenance

Mots-clés

Keywords

Master Histoire des Techniques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Master Techniques, Patrimoines, Territoires de l'Industrie de l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, co-accrédité CNAM